call from Tunisia to all revolutionaries of the world!

Call World Social : The people want the fall of the system

Texte in Arabic, French, English here :
World social forum : 26>30 march 2013. Tunis / Program and calendar here of the FSM :

Revolutionaries of the world,

On the occasion of the World Social Forum which will be held in Tunisia during March 2013, we believe that the liberal reformist approach opted for by the organizing bureaucracy of the Forum will in no way lead to a revolutionary project for the people of the world. Even though the event is presented as an opportunity for the revolutionaries coming from all corners of the globe to meet, we deem that the ultimate objective, namely the collapse of the capitalist system, will not be taken into consideration

This Forum will take place in a highly critical time in the history of the world; social movements and uprisings are sweeping capitalism off its feet. Rage against the system does not recognize frontiers and geographical taxonomy of East and West. The so-called democratic states are as threatened by these risings as the worst dictatorships; the question to be examined is what are the driving forces of these revolts from Spain to Egypt and from Greece to Tunisia which are jeopardizing the capitalist states?

The economic crisis is not a conclusion made by “experts” and professional critics of the field, even politicians in power and their oppositions admit that they are incapable of putting an end to the outrageous rates of unemployment, impoverishment, undernourishment, diseases and pollutions. The repetitive discourses delivered through mass-media are only encouraging people to adjust to the situation and await resolutions that will never come. This proves that the system has resorted to the time-old strategies of encroachment and propaganda in order to survive one of its many major crises along history. Wherever and whenever implemented, these strategies only brought about ravages and precariousness.

Despite the recurrent scenario of democratic succession to power and elections as a means of power distribution between “left” and “right”, “liberals” and “conservatives” and despite the huge budgets spent to organize media campaigns to promote the illusion of “democratic transition” and “political liberties” or “freedom of expression”, only disillusionment is installed.

The World Social Forum, which is held and financed by capitalists and their affiliates, is nothing but an attempt to convince the victims of the capitalist system that the inherent reason behind the economic crisis are the so-called “Neo-Liberalism”, “extreme globalization”, “financial speculations” and worsening debt which they suggest calls for the one and only alternative and that is the reformation of a system which is the actual source of these ailments.

Libertarians of the world,

The wretched of the earth are rejecting their everyday reality through raising and revolting; now they know that union and determination are the keys to their own liberation and to the liberation of future generations from the grip of capitalism.
As the wretched and revolutionaries of the world we have to continue the insurrection in order to liberate our existence from the deadly claws of capitalism. There is absolutely nothing more powerful than our union and determination to fight till the last gasp against the oppressive system.
We boycott and oppose to this Forum not only because we refuse to have anything to do with the bureaucratic syndicalist associations organizing the event, and because the mere participation in the Forum is equivalent to being part in the project of promoting for and installing colonialist collaboration and social submission which are cherished by bourgeoisie, its media and political mediocrity, but also because we primarily boycott every reform movement whether it came from the right or the left.

We are the allies of social revolution.
As the crisis is intensifying and is the more felt by the masses we can see disobedience movements being born all over the world along with incessantly growing uprisings. These different crises have resulted into revolutionary movements in different countries like Tunisia, Egypt, Yemen, and Bahrain as well as social uprisings in Greece, Spain, Portuguese, Island, and even in the United Kingdom and the United States.

Libertarians of the world,

This call is ours. It is that of the marginalized, the unemployed graduates and non-graduates, the farmers without lands, women without voices, the exploited miners, all those that bureaucrats of the WSF pretend to represent after excluding them from the organizations of debates. Our call is that of disobedient, revolutionaries and of other social movements opposed to the capitalist system and authoritarian governments.

Politicians, media and ideologies,
Sellers of illusion and fear disguised under their reformist customs who are pretending to be against the capitalist system are only a part of this very system. We only have to examine the components of this Forum, its bureaucratic organization and statements to realize that it does not attack the essence of capitalism and that it is nothing but another attempt to diminish the rage of the billions of individuals revolting against hunger, impoverishment and precariousness chanting but one unique slogan:

“The people want to fall of the regime”

This was the cry the echo of which resonated from Tahrir Square to Wall Street, from Athena to Tunis and from Barcelona to Bahrain. This cry carried one simple slogan that frightens the retrograde forces which call for an accurate articulation of the exact words of the slogan:

“The people want the fall of capitalism”

Capitalism is the system; a particular president, a political party, or a king, are no more than the temporary guardians of the system and not the system. They are the docile executioners of its mechanisms regardless of the form of the government it adopts.

Libertarians of the world,

Mass-media owned by world capitalism spends billions to circulate the illusion of democratic transitions. It distorts any experience or attempt of self-organization by workers to manage their own resources because it threatens capitalist’s best interest.
In order for us to emancipate ourselves today we need to form revolutionary fronts, coordinate our actions and effectively fight against the world capitalist regime. We want to trigger real transformation in our societies which must be based on self-management of resources.
We call upon all the revolutionary forces of the world, movements and organizations of resistance capitalism to unite our work internationally against the pseudo-democratic states or dictatorships whether they were secular or religious, liberal or conservative.

Capitalism is the crisis; the fall of the system is the fall of capitalism !

Disobedience Movement
Mail :




Posted in General | 5 Comments

[Communiqué] Non à l’intervention française au Mali, Troupes françaises hors d’Afrique

Il est clair maintenant que la France vient de rentrer dans une guerre à grande échelle au Mali. En plus du matériel militaire largement déployé, Hollande a décidé l’envoi d’un contingent de 3 500 hommes sur le terrain. On est très loin des déclarations du mois de décembre du ministre de la défense parlant d’un « contingent européen de 400 hommes » qui formerait l’armée malienne… Il s’agit bien d’une opération de guerre qui « durera le temps nécessaire » comme l’a annoncé Hollande.

Des sommes colossales vont être englouties dans cette guerre alors que le gouvernement Ayrault veut nous imposer sa politique d’austérité, ici en France (moins de services publics, de santé, d’éducation, d’indemnités chômage, etc. Mais dans quels buts et pour défendre les intérêts de qui ?

Pour justifier l’intervention, le gouvernement en appelle à la lutte contre le terrorisme. Mais comme en Afghanistan, la guerre engagée pour le compte des grandes puissances occidentales ne pourra que donner de nouvelles armes aux groupes terroristes islamistes, dont nous dénonçons fermement les actions obscurantistes, réactionnaires et criminelles. L’intervention des grandes puissances en Lybie a d’ailleurs renforcé ces groupes armés et la dramatique issue de la prise d’otage en Algérie en est une sanglante illustration.

Cette guerre au Mali aggrave l’instabilité politique de la région du Sahel comme les souffrances des populations.

La « défense de la souveraineté du Mali » face aux « terroristes » n’est qu’un masque pour tenter de cacher le véritable motif de l’intervention. Hollande poursuit la politique du pré carré de l’impérialisme français dans cette région du Sahel, où de puissants intérêts peuvent être menacés, comme ceux d’Areva avec l’uranium du Niger, de Total, de Bolloré ou de Bouygues. Une telle politique ne pourra que se mener sur le dos des peuples, comme on l’a vu en Irak, en Afghanistan ainsi que dans l’ensemble de la « Françafrique ». C’est d’ailleurs ce pillage des ressources et des richesses de l’Afrique qui est le premier responsable de la misère dans cette région et qui constitue la base sur laquelle se développent ces bandes armées.

Mais l’objectif du gouvernement est aussi d’assurer une présence durable de l’armée française au Mali, comme elle le fait au Tchad, au Burkina Faso ou en Mauritanie. Maintenant qu’elle a pris position au sol, l’armée française ne compte pas partir de sitôt à l’image de l’opération « Epervier » au Tchad voisin, qui dure depuis… 1986 ! Qui financera ces dépenses faramineuses ?

Cette présence militaire des grandes puissances risque de déstabiliser toute la région ouest-africaine qui peut devenir le théâtre d’une véritable catastrophe humanitaire avec l’afflux de populations déplacées et de réfugiés dans les pays voisins confrontées à des conditions dramatiques.

De plus, nous dénonçons le muselage des revendications progressistes et démocratiques des oppositions au Mali et dans les pays frontaliers, consécutif à cette agression : l’État d’urgence de trois mois, imposé par les pseudo-autorités maliennes aux populations, où la liberté d’expression et de manifestation sera restreinte ou interdite.

Au Parlement, Ayrault en a appelé à l’union sacrée en déclarant : « Dans ces moments difficiles et alors que nos troupes sont engagées à l’étranger, l’unité de la nation est un atout irremplaçable ». Copé lui a fait écho en annonçant « l’esprit d’union nationale doit s’imposer à tous », repris par Marine Le Pen qui juge « légitime » l’intervention.

Face à un tel unanimisme derrière les intérêts des multinationales françaises, il est urgent de faire entendre la voix de ceux qui s’opposent à la politique de la « Françafrique » et qui refusent que le gouvernement mène sa politique guerrière en notre nom.

Dans cet objectif, les signataires de ce communiqué unitaire appellent :



Espace CAAMLG (gironde)

Posted in AntiColonialisme | Tagged , , | 3 Comments

Atiqa Belhacene | Étudiants en grève, l’administration porte plainte!

Diffamation, pratiques régionalistes et traduction en justice des étudiants grévistes à Mostaganem.
L’université de Mostaganem, Département de l’art

Les pratiques mafieuses et illégales pour faire taire le droit à la grève ne sont, décidément, pas prés de s’arrêter. Sans aucune tentative dialogue de la part de l’administration, des étudiants du département de l’art de l’université de Mostaganem ont été traduits en justice en étant convoqués par le tribunal administratif de Mostaganem après la réception de la plainte de l’université représentée par son recteur pour être entré en grève illimité depuis le 29 Janvier 2013. A rappeler que tous les étudiants du département représentés par leurs délégués ont annoncé une grève légale dont la réception de l’annonce a été accusée par le département , le décanat , le rectorat et les services de sécurité pour une longue liste d’une quinzaine de revendications dont principalement la mention de faux intitulés de spécialités sur leurs diplômes , la non ouverture du Doctorat depuis 1989 et ce bien que le département dispose de tous les moyens de le faire , l’absence de matériel et de salles spécialisées pour les études , l’affiliation d’étudiants contre leur gré dans des spécialités bien que ce soit contraire à la loi et aussi le fait que jusqu’à lors des modules demeurent sans professeurs.

Des 17 délégués qui ont annoncés la grève illimitée et qui ont été constamment présents sur les lieux de la protestation, seuls trois ont été visés par la plainte de l’université. Les trois seulement de TEBESSA. Hamza, l’un d’eux déclare « c’est du régionalisme et du racisme à l’égard de ma personne et je vais déposer une plainte contre le recteur. C’est inadmissible qu’une université use de ces pratiques pour casser une grève légale et légitime ». Même que pire, tous les délégués ainsi que des étudiants affirment que la plainte est diffamatoire et mensongère. Elle avancerait que les trois accusés auraient usé de violence et d’insultes alors qu’il n’y aurait rien de tel, qu’ils auraient empêché des étudiants de passer un examen dans la matinée du 29 Février alors qu’une pétition et une déclaration des étudiants de la dite classe affirme « l’engagement volontaire des étudiants dans le processus de grève ». Pire que cela, le doyen aurait affirmé que les dits étudiants l’auraient empêché d’accéder à son poste et que ceci est pure mensonge car à aucun moment ils n’auraient accédé au décanat. Quant à la fermeture du département, les étudiants affirment qu’ils ne l’ont fait que dans la matinée du 31 janvier et que l’équipe du département a pu normalement accéder à ses postes dans les jours qui ont précédé alors que la plainte fait mention de fermeture de 3 jours. Les étudiants se disent outrés de ces pratiques « mafieuses » : « Nous allons traduire en justice la chef du département, sa secrétaire générale et le doyen de la faculté pour diffamation. Nous allons leur montrer ce qu’est que de recourir à la justice pour faire régner une injustice ». Une autre étudiante déclare « Nous allons leur donner une leçon historique en Algérie. Notre génération sera celle du changement. Notre grève dépasse son cadre étroit, nous voulons montrer à tous les étudiants qui sont humiliés au quotidien que la loi existe pour les défendre et non pour les briser ». Les étudiants accusent même des complicités de la justice, un des étudiants est présumé présent alors qu’il ne s’est pas présenté à l’huissier, qui lui était venu en anonyme sans aucun papier ou carte justifiant de son métier. « Alors maintenant, la justice me présume présent parce que je n’ai pas signé sur le papier d’un anonyme. Là, c’est vraiment le comble du comble » ! Finalement, l’audience a eu lieu sans les étudiants qui ne se sont vu offrir qu’un quart d’heure pour réunir toutes leurs preuves et se présenter. L’huissier de justice anonyme étant arrivé à 10H45 pour leur annoncer que l’audience a lieu à 11 H.

Dimanche matin, les étudiants iront déposer une plainte collective pour régionalisme et diffamation auprès du procureur de la république Les étudiants de l’art seuls et isolés à Mostaganem, tout en affirmant qu’ils iront jusqu’à la grève de la faim, sollicitent l’intervention des syndicats et des organismes de défense de droits pour soutenir et accompagner leur grève. Ils sont harcelés et menacés au quotidien. Toute aide ou soutien sont les bienvenus.

Atiqa Belhacene


Posted in algérie, éducation, syndicalisme | Tagged , , | Leave a comment

Marthe de Ban | La révolution ne sera pas de notre temps

De nos jours, les pseudo-révolutionnaires tentent d’anticiper la révolution, d’accélérer le cours du temps, pour pouvoir assister au fruit de leurs luttes, pour se débarrasser de cette tâche, qui se sont eux mêmes – et de leur propre gré – portés à la fois volontaires et soumis à la réalisation de cette œuvre.

Aussi, partout, et surtout dans les milieux étudiants et lycéens, on voit s’accroître les initiatives qui se ressemblent, voire se conforment, et qui ont pour but – qu’ils en soient conscients ou non – de mettre au point ce qui a été dit plus haut. Bien entendu, les pseudo-militants fondateurs et issus de ces proto-mouvements prétendent être communistes, révolutionnaires, du moins socialistes, marxistes, adeptes du matérialisme dialectique, donc, en somme, de gauche.

Ils oublient d’abord les principes du diamat, même si je ne sois pas un adepte de cette méthode analytique, et surtout les buts et les fondements de leur idéologie, soit l’individualisme et l’humanisme, et se penchent plutôt aux bases idéologiques de leurs supposés ennemis, soit le rendement, le pragmatisme, l’individualisation collective, la division, l’opposition, le renfermement, la dogmatisation… etc.

Pourquoi ? À cause de leurs organismes organisationnels respectifs, mais aussi à cause de la précarité de la situation du pays, du changement brusque, du manque d’approfondissement (aucun groupe d’études n’a été abordé jusqu’à ce jour dans ces milieux), et de l’idéalisme tout à fait naturel créé de toutes pièces au rang de ces militants.

J’affirme que si les partis/organisations déjà en place étaient issus d’un centre d’études uni et diversifié, nous n’en serons pas ici.

La faute à qui ? Aux opportunistes, aussi aux militants eux-mêmes de ne pas s’auto-critiquer, de ne jamais prendre de l’écart en face d’une décision à prendre ou même de prendre de l’écart tout simplement.

Les propos que j’avance ne sont pas contre-révolutionnaires, ni mêmes plus que révolutionnaires (car c’est cette attitude que je dénonce ici), ni réformiste, c’est juste une pensée objective et réaliste qui m’a traversé en réaction à l’expérience que j’ai vécu au sein d’un mouvement lycéen dont je ne parlerai pas, j’ai plutôt voulu généraliser.

À mon avis, pour atteindre la révolution, il faut d’abord changer nos attitudes, comportements, relations, modes de vies… de petits changements à long terme en se mettant dans la tête que la révolution ne sera pas de notre temps, mais sera faite par les générations qu’on aura construites, sinon tout est à refaire.*

Car, admettons-le, «nous ne sommes pas des saints» ! Nous ne sommes pas nés dans des centres sociaux autogérés, nos parents étaient pour la plupart autoritaires, pragmatiques, dogmatiques, bourgeois…

Nous sommes donc la manifestation de la rupture avec les pratiques contre-révolutionnaires, plus précisément, la toute première génération de nos lignées de sang respectives à rompre et à être anticonformiste, alors ne soyons pas notre propre tombeau ! Apprenons ensemble à nos enfants et à nous-mêmes d’abord de nous éloigner de toute pensée contraire à ce que nous prétendons être, focalisons-nous sur l’aspect humaniste et oublions le caractère combatif, concurrentiel, n’ayons pas les mêmes attitudes que nos ennemis, prônons la révolution culturelle, celle qui sera le fond de la vraie révolution sociale.

* J’ai construit ce raisonnement à partir du peu de la psychologie analytique que j’ai lu.

Marthe de Ban

Posted in analyses | Tagged , , | Leave a comment

Observation de cas de torture

La torture a été et est encore une pratique adoptée par ceux qui détiennent le pouvoir, hier dictateurs ou aujourd’hui, depuis l’avènement de la révolution, élus démocratiquement par le peuple .Si les victimes du régime précédant sont connus par l’Histoire, ceux d’aujourd’hui risquent de passer inaperçus dans le grand tumulte des évènements et de l’occupation de l’opinion voire par la banalisation. Pour illustrer notre propos nous citerons quelques exemples.

Le cas du citoyen AbdelRaouf Khammassi qui est mort sous la torture et ce d’après le rapport du médecin légiste qui assure qu’il a été frappé avec un objet contondant  le rapport indique aussi que le corps du défunt présente des traces de coups sur des parties sensibles. L’avocat de la victime ainsi que la famille de ce dernier sont harcelés de la part du pouvoir judiciaire représenté par le procureur général ainsi que la police qui menace les frères de la victime de les poursuivre à cause de délits fictifs.

Quant à l’affaire dite de Bir Ali Ben Khalifa du nom d’une petite localité au sud tunisien, les faits remontent aux 1er et 2 février 2012 quand un affrontement a éclaté entre les forces de la garde nationale et des individus armés faisant deux morts parmi les individus armés et quatre blessés (un sergent de la garde et trois sous-officiers de l’armée) d’après la version officielle. Le jeune survivant qui est Zeyd Abdelli a été capturé dans des conditions humiliantes et plus proches de la torture que de l’arrestation légale et ce d’après une vidéo diffusée sur  internet avec, par la suite, l’arrestation d’autres citoyens dans des conditions non moins humiliantes. L’avocat des détenus, Me Anouar Ouled Ali, a affirmé que le genre de torture qui leur a été infligée était corporel et est appliqué d’une façon méthodique: ils ont été suspendus par leurs pieds tout nus arrosés avec l’eau froide en plein hiver (février) avec des électrocutions…

Reste le cas le plus frappant en l’occurrence celui des évènements de la localité “Al Omrane” (Sidi Bouzid) et à propos duquel l’avocat de la commission de défense des détenus assure que ces derniers ont subi différents types de tortures comme les brûlures par les cigarettes et les bastonnades et autres coups de pieds de la part des agents de la garde nationale et ce lors de leur transfert ou durant les interrogatoires. Nous avons pu vérifier, après leur libération, que Monsieur Ramzi Karim a perdu l’ouïe au niveau de son oreil gauche puisqu’il a été constamment et violemment frappé à ce niveau de son visage. Monsieur Riadh Hidouri a eu le nez cassé par le godasse d’un militaire. Monsieur Haythem Sammari a eu les pieds brûlés par une allume-cigarette, alors que monsieur Yassine Hidouri a été frappé à coups de bâtons. Monsieur Abdesslem Hidouri, syndicaliste connu, a eu deux cotes brisées.

Les cas précités sont un échantillon de ce qui pourrait se passer dans n’importe quelle commissariat de police ou centre d’interrogatoire prétextant le caractère dangereux de ces individus et comme prévention contre toute velléité de violence ou de subversion.

Posted in torture | Tagged , | Leave a comment

محمد المثلوثي | ملاحظات حول الاستعمار

إن النظام الرأسمالي نظام بربري بامتياز. فإذا كانت الحرب لدى القبائل المسماة “بربرية” تمثل حدثا طارئا واستثنائيا، تتوقف في اللحظة التي تحقق فيها أهدافها المباشرة، فان الحرب في ظل الرأسمالية أصبحت مطلوبة لذاتها، وآلية من آليات اشتغال هذا النظام. وإذا كان السلم هو القاعدة العامة لدى القبائل “البربرية” وما الحرب إلا تعبير عن ضرورة طارئة (تغيرات مناخية، تقلص المراعي، تدهور الزراعة…الخ)، فان الحرب في ظل المدنية الرأسمالية تمثل القاعدة العامة، بينما فترات السلم القصيرة لا تمثل سوى التحضير والتجييش للحرب القادمة.

وإضافة لكون الحملات الاستعمارية بكل الأشكال التي اتخذتها مثلت الأساس التاريخي لتطور الرأسمالية، فان الحرب قد أصبحت شيئا فشيئا الملاذ الوحيد في مواجهة الأزمات وتجسيد للمنافسة البورجوازية لتقسيم وإعادة تقسيم مواقع النفوذ في السوق العالمية. وكل توازن مؤقت تصنعه الحرب السابقة، سريعا ما يختل بمفعول الأزمات، ليفتح باب الجحيم على الحرب اللاحقة.

فالميزة التاريخية للرأسمالية المتمثلة في كون الرأسمال ينمو أكثر من إمكانيات تحققه، تجد في الحرب الحل الأمثل لتجاوز هذا التناقض المستعصي. إذ بتدمير جزء من قوى الإنتاج، وهو ما يعني عمليا تدمير متعاظم لشروط حياة الشغيلة ودفعهم هم أنفسهم إلى المحرقة، ينفتح أمام الرأسمال مجال جديد للتراكم والاستثمار. وهكذا فدورة رأس المال الجهنمية: ازدهار، انكماش، كساد فأزمة، فحرب، فإعادة إعمار..الخ، تدور في حلقة مفرغة، لكنها حلقة تتسع في كل مرة أكثر فأكثر. وكل دورة تضع شروطا قاسية للدخول في الدورة اللاحقة، بحيث تكون عملية الخروج من النفق أكثر توحشا ودموية. وفي كل مرحلة من مراحل هذا التطور الرأسمالي تجد البشرية نفسها في مواجهة حروب أكثر تدميرا وأكثر بربرية، بأسلحة تزداد “تطورا” وقدرة على حصد عدد أكبر من الضحايا.

لكن مواجهة هذه الحرب الرأسمالية الدائمة، كما أثبتته التجربة التاريخية، لا يمكن أن يكون بالدعوات “الإنسانية” للسلام “العادل” و”الدائم”، ولا بنشر “قيم التسامح” و”التآخي بين الشعوب”، بل بالنضال ضد المتسبب الحقيقي في هذه الحرب، أي بالنضال ضد النظام الرأسمالي ومنطقه الحربي ونزعته العسكرية الدائمة.

والحرب الرأسمالية غير ممكنة بدون قدرة هذا الشق أو ذاك من البورجوازية العالمية على تحشيد جمهور البروليتاريا وراءه. فبينما يخوض هذا الجزء من البورجوازية حربه باسم “نشر الحضارة والمدنية”، يواجهه جزء آخر باسم “الدفاع عن الوطن”. وبينما يرفع هذا الجزء من البورجوازية في حربه يافطة “مقاومة الشيوعية” المزعومة، يواجهه الجزء الآخر باسم “الدفاع عن الوطن الاشتراكي” المزعوم أيضا. وفي حين يمثل شعار “مقاومة الفاشية” عنصر تحشيد لهذا الشق البورجوازي في “العالم الحر”، يكون شعار “الحرب المقدسة للدفاع عن الجنس الآري” عنصرا مضادا للشق المسمى فاشي. وبينما تخوض بورجوازية “العالم الديمقراطي” حربها باسم “مقاومة الإرهاب ونشر الديمقراطية”، تواجهه البورجوازية في الجانب الآخر باسم “الدفاع عن الوطن” أو “النضال ضد الامبريالية” أو “الدفاع عن الإسلام أو العروبة ضد الهجمة الصهيونية”…الخ. وهكذا يجد كل شق بورجوازي مبررا إيديولوجيا لإشعال الحرب، ويافطة مضللة لجر العمال وراءه. لتجد البروليتاريا نفسها في المحصلة وقودا لحرب المنافسة الرأسمالية. وليواجه هذا القسم من العمال قسما آخر من إخوانه، ولتقف البروليتاريا في خنادق متقابلة يبيد بعضها البعض. ومن أجل ماذا؟ من أجل تحقيق الرغبات الدموية للرأسمال في مراكمة الربح وحل أزماته.

ولعل شعارات من نوع “حق الشعوب في تقرير مصيرها” (أي حق البورجوازية الوطنية في تقرير المصير المشؤوم للعمال) و”الحرب العادلة” في مواجهة “الحرب الظالمة” (وكأن “الحرب العادلة” هي شيء آخر غير “الحرب الظالمة البورجوازية)، و”مقاومة الاستعمار” (وكأن الاستعمار هو شيء آخر غير الرأسمالية نفسها)، وغير ذلك من الشعارات القومية والشوفينية قد ساهمت مساهمة عظيمة في حشد أقسام كبيرة من العمال وعموم الفقراء في إشعال الحروب الرأسمالية ودفعهم للمحرقة والمجازر.

“عدوك موجود في أرضك”، هذه هي صرخة الأممية الاشتراكية في مواجهة الحرب البورجوازية.

فالاستعمار والنزعة العسكرية وهيمنة أقطاب رأس المال العالمية، والتخلف كما التطور، والتبعية والإلحاق…الخ لا يمكن فصلها عن النظام الرأسمالي نفسه. لذلك فالنضال الأممي ضدها لا ينفصل عن النضال ضد أسلوب الإنتاج الرأسمالي. فإذا لم تتوحد بروليتاريا “البلد المستعمر” مع بروليتاريا “البلد المستعمٓر”، وبروليتاريا “القطب الظالم” مع بروليتاريا “القطب المظلوم”، وبروليتاريا “الدول المتطورة” مع بروليتاريا “الدول المتخلفة”، إذا لم تتوحد كل أقسام البروليتاريا في حركة أممية موحدة البرنامج والأهداف، فان مواجهة الاستعمار والحروب البورجوازية ستكون مهمة مستحيلة تماما.

لكل ذلك فان نقيض الاستعمار ليس “الاستقلال الوطني”، أو “حق الشعوب في تقرير مصيرها” (وكلمة الشعوب تعبر أصدق تعبير عن الطابع البورجوازي لهذا الشعار). ونقيض الهيمنة الاقتصادية وإلحاق الأسواق الوطنية بالسوق العالمية للرأسمال ليس “فك الارتباط”، أو “بناء الاقتصاد الوطني المستقل”. ونقيض الحرب البورجوازية ليس “السلام العادل والدائم” أو “التآخي بين الشعوب”. ونقيض “التخلف الصناعي” ليس “التطور الرأسمالي الوطني”. فالنقيض الثوري والجذري للاستعمار والهيمنة والحرب والتخلف…الخ إنما هي الحركة الاشتراكية الأممية لكل العمال من أجل الاستعاضة عن نمط الإنتاج الرأسمالي العالمي بنمط إنتاج عالمي جديد. وكما يقول الرفيق أنور نجم الدين: “أليست حركات الشغيلة في مصر وسوريا كافية لانهاء كل الاوهام الوطنية بصدد نزاع الأمة العربية مع اسرائيل؟ ألا تبين الشغيلة في هذه البلدان بأن النزاع الموجود هو نزاع بين حكام وشغيلة هذه البلدان على شكل الحياة لا الوطن المهدد من قبل اسرائيل؟” وكما يضيف نفس الرفيق:

“فما الوطن –ارضه ورأسماله- ان لم يكن أرض التشريك الجماعي لثرواته؟ فانقاذ الوطن إذًا يعني تحريره من أسياده لا من الاستعمار أو اسرائيل، وثم جعل ثرواته الملكية المشتركة لمواطنيه، يعني لمستوطنه بدل طفيليه”

وهكذا فالتناقض والصراع الذي يشق العالم الرأسمالي ليس التناقض بين الشعوب والأمم، بين الشرق والغرب، بين الدول المتقدمة والدول المتخلفة، بل هو تناقض بين طبقتين عالميتين: طبقة البورجوازية العالمية ونظامها الرأسمالي البربري وطبقة البروليتاريا ومشروعها الاشتراكي الأممي.

إن وجهة نظرنا هذه تضعنا بالضرورة في تعارض مطلق مع الفرق والمجموعات اليسارية الماركسية. حيث، وفي مواجهة الثنائيات التي تطرحها هذه المجموعات: حرب/سلم، استعمار/استقلال، تطور/تخلف، تبعية/فك الارتباط…الخ، فان التناقض الوحيد، من زاوية البروليتاريا العالمية، هو التناقض: رأسمالية/اشتراكية. فإما مواصلة الكارثة الرأسمالية وكل ملاحقها الطبيعية من استعمار وتبعية وتخلف وهيمنة..الخ، وإما ثورة على هذا الأسلوب في الإنتاج والتحرر من جحيم عبودية الأجر. وهذه ليست مهمة خاصة بقسم من البروليتاريا دون آخر. بل هي مهمة تجمع كل العمال أينما وجدو، وتضعهم في نفس الخندق وفي نفس المعركة.

محمد المثلوثي

Posted in ضد الإستعمار | Tagged , , , , | 5 Comments

محمد المثلوثي | ديكتاتورية الاقتصاد الوطني

يجب الضغط على الأجور من أجل الاقتصاد الوطني….. يجب وقف الإضرابات والاعتصامات حفاظا على الاقتصاد الوطني… يجب التخفيض من نفقات صندوق التعويض لمصلحة الاقتصاد الوطني… يجب الترفيع في الأسعار لإنعاش الاقتصاد الوطني… يجب منح امتيازات جبائية إضافية للمستثمرين لتنمية الاقتصاد الوطني… يجب تعزيز قوات البوليس والجيش لحماية الاقتصاد الوطني… على الفقراء ربط أحزمتهم أكثر من أجل ضمان إقلاع الاقتصاد الوطني… علينا أن نجوع أكثر، أن نفقر أكثر، أن نقبل بأكثر شروط الاستغلال والإذلال، وكل ذلك في مصلحة الاقتصاد الوطني…

لكن في المقابل فهذا الاقتصاد الوطني لا يحتمل تخفيضا في أرباح رجال الأعمال ضمانا للقدرة التنافسية لمؤسسات الاقتصاد الوطني… ولا يحتمل فرض ضرائب على ثروات الرأسماليين خوفا من هروبهم وبالتالي إضعاف الاقتصاد الوطني… ولا يحتمل الترفيع في النفقات الاجتماعية (صحة، تعليم، بنية أساسية…) حفاظا على التوازنات المالية للدولة راعية الاقتصاد الوطني… ولا يحتمل مواصلة إسناد فتات منحة البطالة على المعطلين عن العمل لأن ذلك يمثل عبئا على الميزانية ولا يشجع على العمل الذي يمثل “عماد” الاقتصاد الوطني… ولا يحتمل التخفيض في ساعات العمل أو في سن التقاعد (وهو الإجراء العملي الوحيد القادر على استيعاب البطالة المتفاقمة) لأن ذلك سيكون ضربة قاسمة للمردودية الاقتصادية للمؤسسات وتنافسية الاقتصاد الوطني… ولا يحتمل إعادة توزيع الثروات الطبيعية (نفط، فسفاط…) وتمتع الجهات المنتجة لهذه المواد من حصة في عائداتها لإعادة استثمارها في تحسين الوضع الاجتماعي والاقتصادي والبيئي لتلك المناطق لأن ذلك سيخفض من مداخيل الشركات وسيخفض بالتالي من “الدخل القومي الخام” الذي يمثل روح الاقتصاد الوطني…

هكذا فكل شيء في مصلحة الطبقات المسحوقة يقف في التعارض مع مصلحة الاقتصاد الوطني… كل زيادة في الأجور، كل تخفيض في أعباء العمل، كل تحسين في وضع البؤس الذي يعيشه سكان الأحياء الفقيرة، كل حد من التلوث، كله يمثل عائقا ومعرقلا لازدهار الاقتصاد الوطني… وذلك لأن الاقتصاد الوطني يريد أن يكون حرا متحررا من كل ضغط يضعفه في سوق المنافسة العالمية… لأن الاستثمار الأجنبي لا يأتي إلا بضمان توفر نسب أرباح مناسبة، وبوجود يد عاملة رخيصة ومدجنة، وامتيازات جبائية مغرية… ولأن الاستثمار المحلي لا يتحرك إلا بضمان عدم المساس بثروته وحمايتها، ولا ينجز مشاريعه إلا في المناطق التي تساعده في التخفيض من نفقات الإنتاج (المناطق الساحلية خاصة) وتتوفر فيها البنية الأساسية الضرورية للإنتاج (طرق، موانئ، مطارات…). وهذا يعني أن كل مطلب اجتماعي ترفعه الفئات الاجتماعية المسحوقة، مهما كانت بساطته، هو في الواقع يتناقض مع مصلحة الاقتصاد الوطني… وفي المقابل فان مصلحة واحدة تتطابق تماما مع مصلحة الاقتصاد الوطني: إنها مصلحة رجال الأعمال والبيروقراطية العليا للدولة من الوزير إلى المدير…

ومصلحة الاقتصاد الوطني يعبر عنها في الغالب “بمصلحة البلاد”. وكل من يعارض مصلحة الاقتصاد الوطني هو بالضرورة يعارض “مصلحة البلاد”. لأن البلاد هنا لا تعني البشر الحقيقيين واحتياجاتهم الفعلية، بل هي ذلك الشيء المجرد في خطاب سياسي مجرد. لكن في تجريده إنما يخفي هذا الخطاب كون تلك “البلاد” التي يتغنى بمصلحتها السياسيين بمختلف مشاربهم إنما المقصود بها “بلاد” الرأسماليين وكل خدمهم. ومصلحتها إنما هي مصلحتهم. و”اقتصادها الوطني” إنما هو اقتصادهم ومشاريعهم وأرباحهم. وحتى “أزمتها” إنما هي “أزمتهم”، بمثل ما أن “ازدهارها” إنما هو ازدهار أعمالهم وتجارتهم… وعندما تختفي، في هذا الخطاب التضليلي، مصلحة الأسياد البورجوازيين وراء “المصلحة الوطنية”، ويتحول اقتصادهم الرأسمالي (والذي هو اقتصاد بلا دين ولا جنسية إلا دين الربح وجنسية حرب المنافسة) إلى “اقتصاد وطني”، فان كل من سيقف ضد مصالح رجال الأعمال والحشرات البيروقراطية للدولة (ويحضر هنا أعضاء المجلس التأسيسي كأكثر تعبير عن حقارة وطفيلية هذه الأجهزة الدولتية) سيجد نفسه متهما بكونه ضد “مصلحة البلاد” وضد “الاقتصاد الوطني”…

فهل نحن ضد “الاقتصاد الوطني”؟ في الواقع، نعم، فنحن ضد الاقتصاد الرأسمالي…

وهل نحن ضد “مصلحة البلاد”؟ في الواقع، نعم، فنحن ضد مصلحة الأسياد….

محمد المثلوثي 

Posted in anticapitalisme | Tagged , , | Leave a comment

Aymen Amri | Notre seule issue est une alternative économique

La mobilisation populaire générale qui a permis de libérer l’Égypte et la Tunisie de la tyrannie politique était une source d’inspiration à ce qu’on observe aux États Unis, en Europe, au Japon, en Australie, en Amérique du Sud… etc. Ce mouvement mondial, un “global world change” s’est étendu à plus de 70 pays et a pris comme exemple les combats menés par les citoyens dans les deux révoltes égyptienne et tunisienne.

On a vu un groupe de juifs américains, dirigé par des rabbins, ont manifesté contre la politique d’apartheid pratiquée par l’occupation israélienne en Palestine occupée, en brûlant le drapeau israélien, dénonçant le soutien des administrations successives américaines, au lobby sioniste et à l’entité israélienne. On a vu des rassemblements devant les grandes banques avec des slogans du type : “We are 99%”, “Marx was right”, “I’m here for my future”, “Invest in education”, “Unfuck the world”, “United for a global change”… et d’autres slogans révolutionnaires. On a vu un mouvement qui fustige le capitalisme cupide et prône un retour à la démocratie, une démocratie réelle.

Sauf qu’après les résultats des élections en Tunisie où un parti avec des tendances islamistes a remporté le plus de voix et après avoir remarqué les tendances islamistes du peuple égyptien et libyen, je ne crois plus que ces pays font partie de cette vague de mouvements qui ont des tendances -je me permet de les décrire de socialistes- contre le système financier actuel et la dictature des lobbies capitalistes, multinationales, sionistes… Appelez-le comme vous voudrez. Ces derniers veulent faire croire à tout le monde qu’il y a une différence entre renvoyer un dictateur et condamner un système économique injuste. Cette idée n’est pas totalement fausse : l’occident nous dépasse par des dizaines d’années de progrès lorsqu’on évoque qu’ils ont réussi à installer un universalisme républicain et une séparation entre le dogmatique et le sceptique mais pas nous. Et c’est à mon avis le point faible que la contre-révolution mondiale a choisi en facilitant l’installation d’un fléau de pensée unique tout d’abord dans les cerveaux et après dans les gouvernements arabes. En faisant cela, les symboles dont s’inspire une mobilisation mondiale prendront une autre dimension, le printemps arabe qui se transforme en un hiver islamiste, ce qui est tout d’abord le début d’une guerre psychologique contre les enthousiastes d’un changement global. Et en deuxième lieu, il est notable que le conformisme intellectuel représente un danger. Il s’agit souvent de faciliter la manipulation des peuples donc en installant un système de pensée unique à large échelle, la manipulation deviendra plus facile.

L’islamisation des peuples arabes a commencé depuis longtemps, notons par exemple la subjectivité de Al Jazeera envers ces idéologies, les libyens qui ont pris la décision d’appliquer la “Chariâa” – l’OTAN n’était pas contre : le pétrole est plus cher que la dignité.

Ce phénomène n’est pas spontané mais voulu par ceux qui détiennent le pouvoir au monde.

Certains voient que le passage par l’islamisme est inévitable mais on avait l’occasion de “brûler une étape” et rejoindre un mouvement pour un changement mondial. Le changement ne peut se faire qu’avec un changement économique, notre seul issue est une alternative économique.

On ne sait pas comment ça va finir, mais je pense qu’il y aura encore beaucoup d’événements et de rebondissements dans les prochains mois. Je pense que ça ne fait que commencer.

Aymen Amri

Posted in anticapitalisme | Tagged , , | Leave a comment

Sam Vagabond | Et toi ? Es-tu joueur ?

X: Tout est clair, tu es un pion et tu le resteras si tu ne gagnes pas le jeu. Les règles sont claires, prends ce qu’on te donne, donne ce que tu dois, la différence tu la garde ! La question est “À qui quelle différence?”.

Y: Tu comptes sérieusement gagner?

X: Pourquoi pas? Ceux qui sont comme moi sont nombreux, nous sommes justement les joueurs. D’une part il y a les médias qui pensent pour nous, de l’autre part cette force qui nous prend pour une merde, et ils veulent qu’on s’occupe d’eux !? Ceux qui ont entre les mains la vraie autorité sont depuis longtemps devenus des dieux, si hauts qu’ils ne voient en nous ni des ennemis menaçants ni des amis de confiance, mais ils oublient qu’ils ne sont pas immortels ! Et ne restera que nous, il y a où j’ai besoin de toi, il y a où t’as besoin de moi, et chacun joue son jeu.

Y: Hahaha ! Tu penses que t’es un joueur !?

X: Regarde l’autorité, ils ne foutent rien, montrent au peuple quelques spectacles insensés une fois tous les mois, laissent la vapeur s’écouler: fêtes, cérémonies, concerts… Le peuple bouffe et est heureux! Mais quand le peuple a un trou à la poche et n’a plus rien à bouffer, qui est le responsable !? Il ne s’agit plus d’opium et de football ! Là on a besoin d’un sacrifice, et sois-en sûr, l’autorité trouvera toujours cette victime, toi ou moi, tu comprends? Voilà qu’il s’agit d’un jeu, tu vois? D’un côté le peuple qui n’a rien à foutre de lui-même, de l’autre côté l’autorité qui n’a rien à foutre du peuple, et entre les deux toi et moi, qui devons à ce qu’il paraît faire quelque chose, mais pour qui et pourquoi, bof… Haha ! Tu comprends?

Y: Sublime! Ce que tu dis est juste, nous somme comme ce fer entre le marteau et l’enclume! Tu me rappelles une histoire: Il était une fois un loup et un renard, ayant grandi et étudié ensemble. Le renard ne survit pas mais vit, mange du poisson qu’il a en tonnes sans jamais faire d’effort. Vient le loup et lui demande “Oh mon vieil ami, ces chaînes j’en ai marre, je veux vivre, je veux être comme toi. Que faire ? Dis-moi !”. Et le renard répond: “Ne chiale pas, je te dirai où aller, c’est propre, pèche les poissons avec ta queue et mets-les en place, suivant les règles ! Ne te prends pas la tête, prends-en où tu trouveras”. Le loup regarde autour de lui et tous font de même, il essaye et ça marche ! Puis un jour, le loup va voir le renard : “Dis, ce poisson ne veut pas se détacher de ma queue.” Et le renard l’a aidé avec la hache, coupant sa queue ! C’est bien qu’au moins le loup ne pêchait pas avec son autre queue hahaha! Et voilà comment ça peut tourner quand tu joues aux règles des autres!

X: Qu’est ce que tu me racontes, là? Tu sais peut être t’en sortir si t’es aussi intelligent?

Y: Eh bien collègue, la sortie est la même que l’entrée ! Il faut quitter le jeu ! Regarde, nous avons de l’argent mais qu’est ce que ça peut nous faire? Il faut quitter ce pays, car on n’a rien à foutre ici ! Ici la bêtise pèse plus que celle du monde entier réunie ! Il faut se casser et oublier comme un cauchemar dépassé.

X: Se casser !? Qui est ce qui te laissera y aller? Tu n’oublieras jamais ce cauchemar car il ne te laissera jamais te réveiller, nous avons l’argent, mais crois-tu que cet argent t’appartient? Haha ! Tu peux le dépenser, l’exporter, l’investir, l’hériter à tes enfants !? Ne te ment pas, ne sois pas un mouton, tu es piégé et le piège ne te libèreras que lorsque tu mourras ! Tu peux en faire tout ce que tu veux, mais ça ne sera pas plus que de tourner dans un cercle vicieux. Bon laisse-moi maintenant t’expliquer maintenant camarade: Tu peux gagner autant que tu veux en faisant ce que tu veux, jusqu’à ce que t’en aie marre de gagner et tu te dis que tu en as assez, pour toi et ta progéniture. Tu penses à quitter et on te fout en taule pour un rien! Et voilà ce que tu reçois en tentant le diable! Eh toi là bas, pourquoi tu ne dis rien? Tu écoute au moins?

Y: Laisse le tranquille, il parait qu’il dort!

Z: Et pourquoi devrais-je intervenir, il me semble que vous avez tout expliqué, mais dites-moi, qu’est ce que vous voulez? Gagner? Ou ne pas perdre !?

X: Gagner!

Y: Ne pas perdre!

Z: Bof, ce n’est pas grave. Comment peut-on gagner ou ne pas perdre dans un jeu où les règles changent et changent tout le temps? Laissez-moi vous raconter une histoire: Grandit le navet, grandit infiniment, et on essayait de l’arracher de partout à la fois mais nul ne réussit, et vint un intelligent proposant de la tirer tous à la fois au même sens ! Et on réussit ! Le voilà le navet ! Grand et suffit à tous, quand il était enterré personne n’en mangeait, mais voilà que tous eurent la chance d’en manger ! Conclusion, il n’y a qu’une seule voie: Vous mettre d’accord sur un plan et mettre en exécution vos propres règles ; et commencera alors Notre Jeu !

Sam Vagabond traduit de la série…

Posted in récit | Tagged , , | 8 Comments

Amine Khelil | Songe

Qu’est ce que la vie ? Elle n’est qu’un simple dynamisme et ce n’est pas du tout trop dire ou trop demander que de recommencer de zéro. De zéro, qu’est ce que ça veut dire ? Telle est la question !

C’est parfois difficile de se poser de telles questions, des questions existentielles et philosophiques… Mais de quelle philosophie dois-je parler ? Ça n’a jamais existé dans ce pays et c’est évident, on est un peuple qui ne lit pas, qui ne regarde pas le cinéma, qui n’écoute pas la musique… Donc un peuple qui ne vit pas ! Un peuple qui a un penchant pour le foot, la bouffe et les beuveries… Les masses populaires de la patrie aiment profondément leurs pays et c’est un amour réel naturel, pas une idée, un fait. Dommage il avait tort, ainsi parlait Maâtoub Loúnès et non Zarathoustra.

Zarathoustra est de ceux qui disparaissent comme un éclair, passent comme une étoile filante et tombent goute à goute… Il part sans l’utilisation d’aucun moyen de transport, en laissant derrière lui  toute l’humanité à se bousculer, il n’est pas seul mais hélas il l’était, oui il était le dernier homme… Eux sont maintenant là-bas où personne n’est, et nous là où tout le monde est ! On est chez nous où l’humain ne compte plus rien, ou l’âme ne vaut plus rien, que Dieu nous épargne de la tempête qui avec le caractère mystérieux de l’histoire emportera ce monde avec ses créatures pour se dissoudre en microparticules qui occuperait surface et espace du microcosme d’un autre monde, le monde surnaturel irréel dont nous connaissons rien faute d’une histoire qui nous a épargné d’un lapsus, un lapsus créateur et pas du tout révélateur s’appelant Big-Bang. D’ailleurs on ne va en connaitre point … Mis à part ce point surnaturel mystique métaphysique, qui a confié toutes ses valeurs à cette vie traduisant une existence actuelle dénaturée, inactivée et démunie de toutes ses fonctions les plus naturelles.

Autrement dit, cette vie n’est qu’un songe !

Amine Khelil

Posted in analyses, philosophie | Tagged | Leave a comment